La Rencontre

« Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie. »Victor Hugo

Il y a des rencontres qui changent notre vie. La plupart du temps, et à moins d’événements extérieurs frappants, tous les grands changements de notre existence ont été initiés  par une rencontre.

Albert Camus, dans Le premier homme, raconte son enfance et la rencontre décisive avec son instituteur qui a cru en lui permit d’entrer au lycée. Pour quel destin!

Nos vies, leurs virages, leurs accélérations, leurs pauses, peuvent être relatés par les rencontres qui les ont ponctués. Amours, grandes amitiés, mentors, professeurs, partenaires, enfants…. mais aussi personne oubliée dont il nous reste la phrase, le regard ou la présence qui a changé notre trajectoire.

Les rencontres ont ce pouvoir: influer les trajectoires. Elles peuvent contrarier les projets les plus sûrs, ou au contraire accélérer le temps. Elles peuvent détruire ou démultiplier. Elles nous demandent de nous positionner, de nous engager, par leur pouvoir d’attraction.

Une rencontre est une promesse de futur différent. Une promesse de changement. Cette expérience n’a rien à voir avec le fait d’être timide ou pas, extraverti ou introverti. Elle est parfois fortuite, parfois provoquée,  instantanée ou sur la durée, mais aura cette influence sur nous qui nous fera la décrire ensuite comme le point de départ, l’origine.

Partant de cette expérience concrète si souvent relatée, qu’une rencontre est à l’origine d’une nouvelle idée, d’une nouvelle façon de voir, d’une solution, d’une énergie ou d’une certitude, il est intéressant de se demander comment elle advient dans la vie professionnelle et dans l’entreprise.

Et si, … au-delà des process, des organisations, des événements de l’entreprise, on pouvait favoriser les rencontres au-delà des rendez-vous connus, au-delà des hiérarchies et des habitudes?

Le networking? Pour échapper au monde des sites de rencontres amoureuses, le « networking » a insisté sur le but de faire des rencontres pour construire un réseau professionnel et trouver à terme le travail souhaité. Les personnes rencontrées ne sont pas le fruit du hasard, mais ont des positions, des compétences ou des relations que nous imaginons pouvoir servir nos propres projets. Dans le networking, rencontrer les autres est l’action à faire. Dans la rencontre, l’action nait de cette rencontre.

La « rencontre » a un caractère hasardeux, relève de la « sérendipité » (c’est-à-dire du don de faire des trouvailles par hasard), mais surtout, surtout, son résultat, ou ce qu’elle produit est totalement imprévisible. Elle a un caractère émotionnel, cognitif, et physique en même temps.

Il est difficile de faire le projet de favoriser quelque chose de si imprévisible dans un monde concentré sur la maîtrise du risque, et où succès et performance ont une place si prépondérante.

Il est difficile de vouloir favoriser quelque chose qui a plus de rapport avec la « rencontre amoureuse » par son caractère intuitif, qu’avec un « entretien d’évaluation » professionnel bien cadré dans le milieu professionnel.

Et pourtant, lorsqu’elle se produit, son effet est si puissant, sa capacité à transformer est telle, personnellement et professionnellement, qu’il semble indispensable de lui créer des espaces propices, et notamment dans le monde du travail en pleine mutation.  Rencontrer, avoir accès, découvrir, être surpris, écouter, s’imprégner, imaginer, … comment donner ces occasions à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation?

La rencontre est une liberté, un traie de génie humain. 

Et vous, quelles ont été les rencontres marquantes de votre vie? 

Vous trouverez bientôt sur le blog une page dédiée à la recherche de tous les facteurs, techniques, événements, idées et expérimentations qui peuvent favoriser les Rencontres en ceci qu’elles font partie des plus grandes  forces de changement et de transformation de l’être humain.

 

Experience d’un recrutement atypique

Je suis tombée récemment sur une annonce d’emploi suffisamment originale pour que je m’y arrête;

Un cabinet de conseil cherchait des collaborateurs sur des critères de savoir-être (peu importe d’ailleurs le secteur précis, car à y regarder de plus prêt, ça pourrait fonctionner dans beaucoup de domaines!) tels que :

  • Vous préférez la pratique à la théorie.
  • Vous aimez faire réussir les autres.
  • Vous vous passionnez pour toutes les formes de culture
  • Vous savez animer et improviser
  • Vous aimez confronter vos idées à celles des autres

Et c’est là que ça m’a interpellée:

« Pour postuler, envoyez nous un texte d’une page maximum qui présente une oeuvre de votre choix (livre, film, série TV, BD, etc), ce que vous en tirez sur les relations entre les humains et votre avis sur le sujet. »

Alors je me suis prêtée au jeu… et je vous livre le petit texte que j’ai envoyé à ce cabinet…


« Le restaurant de l’amour retrouvé »  – Ito Ogawa
Le restaurant de l’amour retrouvé, c’est l’histoire d’une résurrection. L’héroïne de ce roman japonais, Rinco, perd d’un coup son petit-ami, ses meubles et … sa voix.  La manière dont, sans voix, elle va trouver sa voie, est l’histoire d’une ré-invention personnelle créative. 

Après le drame, Rinco, est en état de sidération. Elle commence par s’enfuir et réfugier chez sa mère. La seule chose qu’elle emporte de sa vie passée c’est un pot de saumure (ingrédient de la cuisine japonaise) fait par sa grand-mère car la seule compétence que celle-ci  lui a transmise, c’est la cuisine.

Elle décide alors d’ouvrir un restaurant dans cette bourgade éloignée. Rinco ne parle toujours pas et se fait comprendre en écrivant sur des petits billets en papier. Etrangement elle se fait aider et assister dans sa tâche malgré cette communication pour le moins étrange. Dans sa solitude et sa peur, Rinco découvre alors qu’elle peut aider les gens avec sa cuisine.

Et c’est là que se fait la grande transformation: petit à  petit, elle trouve un sens à sa cuisine et ré-invente ses rites, ses matières premières, ses tours de main. Dans son restaurant qui n’a qu’une table,  elle rencontre ses clients plusieurs jours avant de les servir pour comprendre leurs souhaits, exprimés ou non,  et pour que sa cuisine puisse les aider à se transformer.

Les clients sont différents: un jeune couple en manque de confiance, en passant par une famille qui doit se séparer de son grand-père, ou encore une petite fille qui a un lapin anorexique…

Rinco, qui ne reçoit plus d’amour, fait une cuisine qui permet à ses clients de prendre conscience d’eux-mêmes, de changer et de passer un cap… quelqu’il soit. Sans jugement, sans même qu’elle le sache parfois.

Je ne vous raconterai pas la fin! Ce livre n’est pas un livre de management, de développement personnel ou quoi que ce soit de didactique. Mais ce qui m’a frappée et émue, c’est de voir là, très humblement, à la manière d’une histoire pour enfants, comment l’on découvre en nous certaines aptitudes, qui passent du stade de compétence à celui de talent unique lorsqu’on trouve le sens de ce que l’on fait.

Par ailleurs, cette transformation se fait grâce ou malgré un système de communication complètement amputé de la parole, ce qui n’empêche pas l’héroïne de trouver de l’aide, et même de se faire re-connaître auprès des siens et de ses clients.

Cette facette du roman m’a rappelé à quel point notre communication est porteuse de toutes nos croyances et nos prismes; dans ce cas, le fait de la couper net, permet à Rinco de créer quelque chose de totalement neuf et original, qui lui ressemble vraiment.

Enfin, Rinco n’est jamais seule; elle a des alliés, mais est aussi entourée de personnes neutres, voire hostiles. La façon dont elle accepte les choses et dont elle va leur donner sens à travers ce qu’elle offre dans sa cuisine lui permet d’aller à la rencontre de toutes ces personnes et à son tour, de prendre conscience d’elle-même et de se transformer.

Pour conclure, je dirais que ce livre m’a rappelé d’une manière poétique et simple qu’on a tous en nous quelque chose qui peut aider les autres à se transformer; que l’on soit cuisinier, manager, chef d’entreprise ou artisan; et qu’une immense déception, un drame, ou une remise en cause peut être l’opportunité d’un nouveau départ original et personnel.