Experience d’un recrutement atypique

Je suis tombée récemment sur une annonce d’emploi suffisamment originale pour que je m’y arrête;

Un cabinet de conseil cherchait des collaborateurs sur des critères de savoir-être (peu importe d’ailleurs le secteur précis, car à y regarder de plus prêt, ça pourrait fonctionner dans beaucoup de domaines!) tels que :

  • Vous préférez la pratique à la théorie.
  • Vous aimez faire réussir les autres.
  • Vous vous passionnez pour toutes les formes de culture
  • Vous savez animer et improviser
  • Vous aimez confronter vos idées à celles des autres

Et c’est là que ça m’a interpellée:

« Pour postuler, envoyez nous un texte d’une page maximum qui présente une oeuvre de votre choix (livre, film, série TV, BD, etc), ce que vous en tirez sur les relations entre les humains et votre avis sur le sujet. »

Alors je me suis prêtée au jeu… et je vous livre le petit texte que j’ai envoyé à ce cabinet…


« Le restaurant de l’amour retrouvé »  – Ito Ogawa
Le restaurant de l’amour retrouvé, c’est l’histoire d’une résurrection. L’héroïne de ce roman japonais, Rinco, perd d’un coup son petit-ami, ses meubles et … sa voix.  La manière dont, sans voix, elle va trouver sa voie, est l’histoire d’une ré-invention personnelle créative. 

Après le drame, Rinco, est en état de sidération. Elle commence par s’enfuir et réfugier chez sa mère. La seule chose qu’elle emporte de sa vie passée c’est un pot de saumure (ingrédient de la cuisine japonaise) fait par sa grand-mère car la seule compétence que celle-ci  lui a transmise, c’est la cuisine.

Elle décide alors d’ouvrir un restaurant dans cette bourgade éloignée. Rinco ne parle toujours pas et se fait comprendre en écrivant sur des petits billets en papier. Etrangement elle se fait aider et assister dans sa tâche malgré cette communication pour le moins étrange. Dans sa solitude et sa peur, Rinco découvre alors qu’elle peut aider les gens avec sa cuisine.

Et c’est là que se fait la grande transformation: petit à  petit, elle trouve un sens à sa cuisine et ré-invente ses rites, ses matières premières, ses tours de main. Dans son restaurant qui n’a qu’une table,  elle rencontre ses clients plusieurs jours avant de les servir pour comprendre leurs souhaits, exprimés ou non,  et pour que sa cuisine puisse les aider à se transformer.

Les clients sont différents: un jeune couple en manque de confiance, en passant par une famille qui doit se séparer de son grand-père, ou encore une petite fille qui a un lapin anorexique…

Rinco, qui ne reçoit plus d’amour, fait une cuisine qui permet à ses clients de prendre conscience d’eux-mêmes, de changer et de passer un cap… quelqu’il soit. Sans jugement, sans même qu’elle le sache parfois.

Je ne vous raconterai pas la fin! Ce livre n’est pas un livre de management, de développement personnel ou quoi que ce soit de didactique. Mais ce qui m’a frappée et émue, c’est de voir là, très humblement, à la manière d’une histoire pour enfants, comment l’on découvre en nous certaines aptitudes, qui passent du stade de compétence à celui de talent unique lorsqu’on trouve le sens de ce que l’on fait.

Par ailleurs, cette transformation se fait grâce ou malgré un système de communication complètement amputé de la parole, ce qui n’empêche pas l’héroïne de trouver de l’aide, et même de se faire re-connaître auprès des siens et de ses clients.

Cette facette du roman m’a rappelé à quel point notre communication est porteuse de toutes nos croyances et nos prismes; dans ce cas, le fait de la couper net, permet à Rinco de créer quelque chose de totalement neuf et original, qui lui ressemble vraiment.

Enfin, Rinco n’est jamais seule; elle a des alliés, mais est aussi entourée de personnes neutres, voire hostiles. La façon dont elle accepte les choses et dont elle va leur donner sens à travers ce qu’elle offre dans sa cuisine lui permet d’aller à la rencontre de toutes ces personnes et à son tour, de prendre conscience d’elle-même et de se transformer.

Pour conclure, je dirais que ce livre m’a rappelé d’une manière poétique et simple qu’on a tous en nous quelque chose qui peut aider les autres à se transformer; que l’on soit cuisinier, manager, chef d’entreprise ou artisan; et qu’une immense déception, un drame, ou une remise en cause peut être l’opportunité d’un nouveau départ original et personnel. 

Ça sert à quoi un mind mapping?

J’ai une histoire à vous raconter.

J’étais en train d’imaginer un programme qui permettrait d’envisager son projet professionnel comme un projet de design, qui mixerait de la formation, du coaching et des techniques d’intelligence créative.

wow.

Mon intuition était forte, et j’avais rencontré plein de créatifs qui étaient super clairs et prolixes dans leur manière de travailler pour leurs clients, mais qui, dés lors qu’il s’agissait de leurs propres problématiques professionnelles, bizarrement ne savaient pas par où commencer ou comment faire pour résoudre leur problème.

Au point d’être mal. De n’avoir plus aucun recul.

« Parce que ce n’est pas comme un projet, tu comprends, il n’y a pas une commande, et un commencement clair; des phases et des validations. Et puis, il n’y a pas de livrable… »

Ah bon?

Et si au contraire, c’était exactement la même chose, et que chacun pouvait devenir son propre commanditaire, pour le plus génial de ses projets: une version améliorée de soi-même?!

wow 2

Me voilà emballée par mon intuition, bien décidée à la tester tout de suite maintenant.

J’imagine des challenges, des exercices, des phase de convergences, de divergence etc (je vous en dirais plus bientôt 😉 et le moment vient alors de synthétiser tout cela pour pouvoir vous en parler.

Le blanc.

Comment puis-je résumer tout cela? Comment puis-je partager avec vous cette réflexion de façon personnelle, sans tomber dans la démonstration, le raisonnement, parce que pour le coup, cette idée elle part d’une intuition très claire, mais pas d’un raisonnement.

D’une analogie.

Je tente de court-circuiter mon cerveau qui me joue des tours de courant alternatif, avec un mind-mapping .

1- je mets au centre le sujet central : Écriture personnelle de ProjectMe (bah oui, le nom de code de ce programme est… ProjectMe)

2 -j’inscris au tour les premières idées qui me viennent spontanément:

expérience personnelle / histoire/ créatifs/ 40 ans/ design ta vie

3- Je refais une passe d’idées spontanées sur chacun de ces thèmes:

  • expérience personnelle m’amène à alignement/ peur/ méthode/ fierté
  • histoire m’amène à récit/ temps/ scénario/ suspens
  • créatifs : freelances/ salariés/ étudiants/ sensibilités
  • 40 ans: sens/ puissance/ remise en questions/ 2eme adolescence 
  • design ta vie: prototype/ concret/ au-delà des limites/ acting/ exploration
4- Je choisis 3 mots au hasard dans ce 2ème cercle et je vois si je peux bâtir quelque chose avec cela, si une idée surgit qui serait de nature à expliquer mon programme, et même à continuer à le créer …
prototype- puissance- suspens

wow3

W.O.W.

Voilà l’idée.

Le prototype est l’expérience la plus puissante pour valider ou non une idée, une vision que l’on a, un projet qui émerge, pour l’améliorer, pour être dans l’action, pour envisager plusieurs versions, pour procéder par étapes successives.

Il court circuite la croyance qu’il n’y a qu’une version qui peut être la bonne, et que si on ne la trouve pas tout de suite, c’est qu’on est nul (ou que le projet est irréalisable). Se prototyper permet d’envisager plusieurs vies possibles; et de faire des choix.

« Je vais me prototyper aujourd’hui » c’est un peu comme aller chez le coiffeur!

Cela peut changer complètement la perception qu’on a de soi-même!

Se voir autrement.

Un prototype c’est aller vers l’extérieur, montrer aux autres son projet, c’est apprendre des autres, grâce aux autres, c’est faire alliance avec l’extérieur! Le prototype c’est l’action, c’est ce qui fait que vos merveilleuses idées ne vont pas mourrir étouffées au fond d’un tiroir.

Et le suspens arrive.

Le suspens c’est LE truc extraordinaire! Parce que lorsqu’on s’embraque dans un projet de design on sait l’on veut arriver mais on ne sait pas du tout comment on va y arriver et à quoi ça va ressembler!

C’est la même chose que les explorateurs qui armaient leurs navires pour aller découvrir de nouveaux continents mais qui ne savaient pas exactement à quoi cela allait ressembler ni le chemin qu’ils allaient emprunter…

De même que les explorateurs, nous partons avec une boussole qui nous rappelle toujours le sens général, mais les cartes, on les dessine chemin faisant!

La ligne d’arrivée? … suspens!

C’est exactement la raisons pour laquelle je fais ce programme: je suis convaincue que tout est déjà en nous, et qu’il nous faut partir à l’aventure pour aller découvrir une meilleure version de nous-même!

 

Vous imaginez si j’avais pris « salariés – alignement- au-delà des limites»? Ça vous parle?

Invitation au voyage.

À très vite pour la suite.