Les vidéos qui m’inspirent toujours….#créativité #flow #passion #vulnérabilité

Le génie-Elizabeth Gilbert

(activer l’onglet transcription en français)

L’illusion de la passion – Nicolas Beretti
Le flux, ou la réalité temporairement suspendue – Mihaly Csikszentmihalyi
Le pouvoir de la vulnérabilité – Brene Brown

(activer l’onglet transcription en français)

Et si on mangeait la connaissance? Idriss Aberkane TedX

 

Faire un écart, ou la critique du management

La lecture de deux livres en même temps peut parfois donner lieu à des éclairages originaux… Regards croisés

Les deux ouvrages en question sont d’une part La comédie (in)humaine de J.de Funès, philosophe, et N.Bouzou, économiste  – essai critique du management moderne-, et d’autre part l’Ecart et l’Entre de François Jullien, philosophe -leçon inaugurale de la chaire sur l’altérité-. 

La comédie (in)humaine

La Comédie (in)humaine fait une critique acerbe du management français, en en pointant les dérives les plus criantes : l’infantilisation des salariés, les  teambuidings d’une éthique douteuse et d’un professionnalisme très relatif,  l’injonction du bonheur au travail, l’obsession du collectif sur l’individuel, le jargon dénué de sens, le courage managérial à la botte et à la hauteur des modes manageriales  successives pour en arriver au non-sens des Chief Happiness Officer, et je passe sur les réunions inutiles et l’infobésité numérique.

À la fin de l’essai, les auteurs présentent 15 propositions « pour être plus efficaces » parmi lesquelles : « diminuer de 50% le temps passé en réunion », « supprimer les activités ludiques des séminaires », « détruire les silos dés qu’ils se forment etc;.. »

En plus de son titre génial, et de l’énergie libératrice qui se dégage d’un tel manifesto, certains lecteurs, fins critiques ont opposé à cet essai des manquements importants:

  • Un écrit plein de croyances et de d’injonctions qui se présente avec les mêmes défauts qu’il dénonce;
  • Un manque de vision systémique mettant  en porte-à-faux les managers sans mettre en lumière les interactions avec les autres composantes du système de l’entreprise.
  • Des solutions proposées qui semblent naïves par leur abstraction, très très loin de la réalité terrain. Dans ces solutions, selon les détracteurs, beaucoup de banalités énoncées sous forme de « commandements » , mais aucune opérationalité.
  • laisser le lecteur penser que cette liste de solutions est applicable à tous, et condition pour réussir à être plus efficace;

Et en même temps…. je me mets à lire la leçon inaugurale de François Jullien sur la chaire de l’Altérité , l’écart et l’entre

L’écart et l’entre

Dans ce discours sur l’altérité, l’auteur, François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, explique qu’il a déployé son travail à partir des pensées de la Chine et de l’Europe, non pas pour les comparer, mais pour qu’elles puissent se regarder l’une l’autre. En quelque sorte, qu’il a appris le chinois pour mieux lire le grec!

Il y est expliqué (pardon pour ce résumé tellement moins riche que la parole de l’auteur, mais je cherche à tracer la piste) que lorsque l’on recherche la différence, alors notre but c’est identifier. Que la différence est un concept de rangement. Elle nous place « dans une logique d’intégration – à la fois de classification et de spécification-, et non pas de découverte. La différence n’est pas un concept aventureux ».

Et c’est bien ce que nous avons tendance à faire : différentier pour identifier, pour spécifier, et ainsi pensons-nous réfléchir, et aboutir à de nouvelles pensées. Sauf que cette manière de faire nous laisse dans ce que nous connaissons déjà, dans notre cadre de référence.

Et c’est alors que l’auteur, nous propose de créer des écarts entre les pensées, comme on écarterait une table et une chaise, pour changer de cadre. Non pas pour les différentier et les ranger dans la case « mobilier », mais pour créer une distance, une tension entre les deuxTandis que la différence établit une distinction, l’écart établit une distance. Et cette distance, c’est l’espace que par déplacement je peux ouvrir entre les deux.

Et voir ce qui se passe « entre« .

  1. L' »entre », c’est là où tout se joue. C’est là où la pensée peut se déployer en se réfléchissant dans l’autre polarité. « Ainsi l’écart est-il une figure non pas de rangement mais de dérangement, faisant paraitre non pas une identité, mais ce que je nommerais une fécondité ». 
  2. Faire une écart, c’est sortir de la norme, procéder de façon incongrue, opérer quelque déplacement vis-à-vis de l’attendu et du convenu. 

L’auteur propose d’utiliser cet « entre » comme un outil pour explorer ce qui se passe entre deux langues pour un traducteur, entre deux séances pour un thérapeute, entre deux pensées, et l’utiliser comme une alerte, un élan un essor qui ne peut se déployer que dans cet « entre ».

Et si… on regardait ces ouvrages l’un à travers les yeux de l’autre?

Et si toutes les injonctions, toutes les propositions que contient La comédie (in)humaine étaient décalées, mises en tension? Si on les utilisait pour créer un écart, et voir ce qui se passe entre ces polarités?

Si, au lieu de comparer ou d’opposer le « collectif » à « l’individu » dans les questions de management – question tout-à-fait pertinente-, on faisait un écart et on regardait ce qui se passe dans la distance entre le collectif et l’individu.

  • Comment ce collectif dévisage l’individu, et comment à son tour l’individu dévisage ce collectif?
  • Comment ces deux dynamiques, ces deux concepts se voient-ils à travers le regard de l’autre?
  • Et donc, comment deviennent-ils partenaires dans cette relation? Une exploration peut alors commencer.

Ce regard permet d’envisager l’entreprise comme l’entité au sein de laquelle ces deux polarités existent.

De la même manière, quelle nouvelle perception de l’entreprise peut-on avoir en se demandant ce qui se passe entre les activités ludiques des séminaires tant critiqués dans l’essai, par exemple, et les fameux objectifs à atteindre. Qu’est ce que les unes font apparaitre des autres, et inversement?

« Faire une écart, c’est sortir de la norme, procéder de façon incongrue, opérer quelque déplacement vis-à-vis de l’attendu et du convenu ». 

Première idée exploratoire

 Jouer, c’est sérieux! On joue  à « faire comme si ». Lorsqu’on joue, on a fait tomber certaines contraintes liées à la réalité physique (lieu/ temps/ identité…) mais on réalise les choses très sérieusement dans cette nouvelle réalité. Il s’agit de créer une nouvelle réalité temporaire.

  • Qu’est ce qui en entreprise relève de la réalité temporaire?
  • Comment faire pour ne pas la confondre  avec la réalité tout court?
  • Quels jeux se jouent en entreprise, dans la vie quotidienne ?
  • Quelles sont les différentes réalités temporaires qui sont crées et quelles créations en découlent?
  • Comment décide-t-on de participer à la construction d’une réalité temporaire?
  • Quelle part pour chacun?
  • Quel commun crée-t-on?
  • Comment faire le lien avec la réalité … tout court?
2ème idée exploratoire

Le jeu, c’est le royaume du « comment » de la représentation, et non du « pourquoi » (le pourquoi étant donné dans la règle du jeu). Le jeu serait-il le royaume des managers dont le rôle consiste à trouver avec leurs équipes les manières d’atteindre les objectifs? Que dirions-nous de l’entreprise dans laquelle le travail quotidien serait un jeu et le séminaire annuel le moment sérieux de l’année? 

3ème idée exploratoire

la tension qui apparait entre « des séminaires ludiques » et des « objectifs à atteindre »imprègne tous les comportements et tous les usages de l’entreprise. S’amuser ensembles, être sérieux individuellement… Se jouer des contraintes  individuellement, faire équipe ensemble… Envoyer des mails sur les objectifs sans tenir compte des règles du jeu de la communication…

Une conclusion

De ces pensées nées de la rencontre inopinée des ces deux livres dans le même temps je retiens l’idée que la Comédie (in)humaine a le grand mérite de nous proposer des polarités franches qu’il nous appartient, à nous lecteurs, de mettre en distance – et non en distinction- pour aller s’aventurer dans l’entre des choses, là ou tout se passe dans la réalité quotidienne et concrète des entreprises.

En pensant à l’entreprise, je pense à ce foyer d’altérité – véritable question de management- qu’elle représente, et je ne peux m’empêcher d’avoir encore une fois en tête la fameuse devise de la Comédie Française, « Simul et Singulis », être ensemble et être soi-même…En même temps. Au regard de L’écart et l’entre, tout ce qui est contenu entre simul et singulis me semble d’une richesse sans fin.

Les émotions, ces inconnues

Les émotions sont un langage parallèle. Lorsqu’elles surviennent, elles nous envoient des communications, des messages qui nous font réagir, mais que nous ne savons plus décoder.

Le langage émotionnel est très ancien.

Archaïque. Il provient du cerveau dit « reptilien »qui gère la satisfaction de nos besoins essentiels: dormir,  manger, boire, se reproduire.. Il assure aussi le besoin d’intégritéqui se manifeste de trois manières:

  • Besoin de sécurité
  • Besoin de d’identité
  • Besoin de réalité d’être*, de tangibilité.

Pour répondre à ces trois besoins, le cerveau reptilien a mis au point 3 stratégies de défense qui sont:

  • La fuite
  • La lutte
  • Le repli sur soi

Ces trois besoins et ces trois stratégies de défense sont si ancrés dans notre cerveau qu’ils sont automatiques. Mais si l’un de ces trois besoins n’est pas satisfait alors notre vieux cerveau nous envoie des messages sous forme d’émotions pour nous motiver à satisfaire ces besoins au plus vite! 

  • La peur nous indique que notre besoin de sécurité n’est pas satisfait,
  • La colère nous indique un besoin d’identité à combler,
  • La tristesse ou la fatigue, qui nous fait pleurer, pointe que nous avons besoin de restaurer le sentiment de tangibilité.

Quand nous parvenons à satisfaire ces besoins, tout va bien. Quand malgré nos efforts, nous n’y parvenons pas, nous nous sentons perdus, stressés, angoissés, en souffrance.

Les émotions sont essentielles à la vie.

Comme nous l’avons dit, les émotions sont un langage parallèle, très ancien et totalement automatique, en quelque sorte nous avons perdu le code, et pour cette raisons nous n’avons aucun moyen de supprimer ou de contrôler nos émotions!

En revanche, nous pouvons mettre à profit les messages qu’elles nous envoient et tenter de comprendre ce qu’elles disent de nous. En faisant cela nous pouvons apprendre un peu plus sur nous mêmes, sur nos besoins et sur nos manques … sans faire de contre-sens!

L’émotion est un cri d’alarme pour soi!*

Si mon client est très sévère sur les dead-line, la peur que cela provoque chez moi m’appartient. À moi de m’en libérer, non pas en essayent de la nier ou de la contrôler mais en trouvant une solution avec cette peur qui m’ appartient. 

Nous pouvons alors commencer à satisfaire nos besoins pour nous sentir mieux.

*Catherine Aimelet-Perissol in « Comment apprivoiser son crocodile ». ed. Pocket.

Dans quel océan nagez-vous?

Le livre de Dudley Lynch et Paul Kordis  La stratégie du Dauphinles idées gagnantes du 21e siècle (ed. de l’Homme) est le premier ouvrage depuis longtemps, sur le changement et sur le management, qui rompt avec les métaphores guerrières ou la pensée positive, pour prendre le parti de parler de conscience et d’intelligence. 

Il propose une métaphore très puissante du monde dans lequel nous vivons et de nos organisations, qui permet d’identifier 3 grandes catégories de personnalités selon les stratégies qu’elles déploient pour vivre et survivre.

L’image est celle d’un bassin qui représente notre univers ou notre organisation dans lequel vivent des carpes, des requins et des dauphins. Selon sa conception du monde, chacun adopte des comportements différents face à la vague du changement. 

Sans vouloir  résumer l’ensemble du livre  il m’a paru très interessant de rassembler pour chaque type de personnalité toutes les caractéristiques égrenées au fil des pages pour dresser les « portraits psychologiques » de ces figures universelles.

Je vous propose les 3 archétypes principaux (le livre contient un profil supplémentaire hybride). J’espère que leur finesse vous donnera envie de lire le reste de l’ouvrage et de vous en servir pour découvrir comment devenir un dauphin d’exception! « Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait purement fortuite…. »


Depuis toujours les humains, leurs familles, et leurs organisations ont généralement adopté deux types de stratégies pour faire face au monde: la strategie de la carpe  ou la stratégie du requin. Nous allons voir une nouvelle stratégie beaucoup plus puissante, celle du dauphin, née d’un cerveau qui a compris que le monde change et que nous devons changer aussi; et que ce qui doit changer c’est la qualité et l’ampleur de notre conscience de la complexité, ainsi que notre aptitude à travailler dans cette complexité et à y être à l’aise.

Les carpes

Renoncement et désengagement
  • Le cerveau primitif laisse 3 réactions aux événements extérieurs: le combat, la fuite ou l’immobilité. Les carpes n’en utilisent que deux: elles s’enfuient ou restent figées. Elles se font souvent dévorer.
  • Si elles restent dans leur territoire de carpes avec plein d’autres amies carpes à ne faire qu’un travail de carpe, elles peuvent se sentir en sécurité temporairement.
  • Quand elles ont le choix, les carpes sont d’accord, mais elles préfèrent ne pas avoir à choisir.
  • Les carpes pensent que nous vivons dans un monde de pénurie, que tout est limité . Elles imaginent  que ce que nous avons,  et ce que nous pouvons avoir,  est conditionné par nos comportements structurés et prévisibles.
  • Les carpes s’attendent à ne jamais avoir assez ou faire assez.
  • Les carpes, si elles ne peuvent pas faire autrement que de choisir ou apprendre, préfèrent se sacrifier.
  • Les carpes ont généralement vécu des événements traumatisants  suffisamment dramatiques pour qu’elles se disent « je ne peux pas gagner, ni maintenant, ni jamais ». A cause de cette croyance, les carpes concentrent tous leurs efforts à éviter l’échec. 
  • Les carpes ne peuvent pas faire autrement que penser que le monde est pénurie. Cette croyance devient une hypnose.
  • Les carpes sont toujours dans le coin des « victimes » ou règne la souffrance de ceux qui donnent sans jamais recevoir.
  • Les carpes évitent d’assumer des responsabilités, évitent de faire quelque chose de différent, en étant toujours esclave de quelqu’un d’autre (souvent le « persécuteur » est un  requin)
  • L’état d’hypnose les empêche de reconnaitre la possibilité du changement et  de l’abondance.
  • Les carpes cherchent à comprendre les besoins des autres et cherchent des indices subtils de ce que les autres attendent d’elles.
  • Il leur est facile de croire qu’elles sont nées pour sauver les autres. (« sauveur »)
  • elles pensent qu’on a besoin d’elles qu’elles font du bien autour d’elles, mais fatalement elles trouvent qu’on ne les respecte pas. Elle se sentent trahies quand on ne leur témoigne pas de gratitude et redeviennent alors « victimes ».
  • Les carpes ne participent pas au jeu, empêchent les autres de gagner, n’achèvent jamais rien, sabotent le jeu, jouent le rôle du « bon gars »et deviennent un problème.
  • Le désengagement des carpes les oblige à commettre leurs erreurs seules; il les empeche de profiter de l’expérience des autres.

Les carpes disent:

"J’ai été impuissant et je le serai toujours", 
"Ma souffrance n’est pas vaine", 
"Dans la vie il faut perdre", 
"Tous les gains importants comportent un partie de sacrifice".

LES requins

Mainmise et compromis
  • Les requins pensent que nous vivons dans un monde de pénurie.
  • C’est pourquoi ils ont l’intention d’obtenir un maximum quoi qu’il arrive.
  • Les requins croient nécessaires qu’il y ait un perdant, et ils sont résolus à ce que ce ne soit pas eux.
  • Ainsi ils deviennent des « persécuteurs ».
  • Les requins deviennent dépendants du jeu de la pénurie et ils inventent des systèmes et des organisations qui créent une dépendance.
  • Ce qui caractérise les stratégies des requins
    • l’arnaque (pour éviter d’être blâmé)
    • le brouillard (pour se camoufler)
    • le déni (pour éviter la réalité des événements)
    • la supposition (pour avoir toujours raison)
    • le besoin de contrôle
    • l’égocentrisme
    • la mainmise
  • Les requins n’ont pas une espérance de vie plus longue que les carpes, contrairement à ce que l’on pourrait penser, une fois le stock des victimes faciles épuisé, et la liste des ennemis de plus en plus longue.
  • Leurs chances de survie dans le bassin ne sont pas plus importantes.
  • La seule manière de s’en tirer individuellement pour les requins est d’opter pour la stratégie du compromis, en désespoir de cause.

Les requins disent:

"Après tout dans le monde c’est la loi de la jungle", 
"Je t’avais prévenu", 
"La compétition est inévitable",
"La compétition nous pousse à donner le meilleur de nous-même", "La compétition est le seul moyen de s’amuser", 
"La compétition forme le caractère". 

Les dauphins

Les seuls animaux qui peuvent être fatals aux requins
  • Les dauphins se développent dans un environnement rude.
  • Les dauphins restent vigilants, analysent les courants, recherchent les indices, surveillent l’évolution de la situation.
  • Les dauphins nagent dans n’importe quel océan, courant ou bassin.
  • Ils agissent en groupe ou agissent avec compétence quand ils sont seuls.
  • Quand quelque chose ne marche pas, les dauphins poursuivent implacablement quelque-chose d’autre, quelque-chose qui marche.
  • Les dauphins peuvent, au besoin, attaquer mortellement le requin.
  • Les dauphins ne sont pas très attachés à une idéologie mais savent être très politiques.
  • Les dauphins aiment gagner mais n’ont pas besoin que vous perdiez.
  • Les dauphins disent la vérité et évitent de gaspiller du temps dans les drames inutiles.
  • Les dauphins ont une vision claire de ce qu’ils souhaitent mais ne sont pas kamikazes pour autant.
  • Les dauphins usent de représailles, mais pardonnent aussi rapidement car la rancune n’est qu’un obstacle artificiel qui finit par être insupportable dans un univers créateur et fluide.
  • Les dauphins croient à la possibilité d’une pénurie comme à la possibilité de l’abondance. Comme ils croient que les deux sont accessibles, qu’ils ont le choix, ils peuvent se servir de ce qu’ils ont comme d’un levier et exploiter leurs ressources de façon élégante, flexible, en faisant  « plus avec moins » ce qui est leur pierre angulaire.
  • Les dauphins sont ce que le comportement qu’ils ont choisi leur permet d’être, quand les autres pensent qu’ils sont leur comportement.

Les dauphin disent:

"Il nous faut apprendre à surfer sur la vague",
"Il nous faut apprendre à créer des visions irrésistibles et à agir sur elles",
"Il nous faut apprendre à changer de jeu",
"Il nous faut acquérir une estime de soi solide",
"Il nous faut apprendre à travailler en coopération",
"Il nous faut chercher par-dessus tout à faire plus avec moins",
"Il nous faut apprendre à nous ouvrir à la surprise et au futur", 
"Il nous faut assumer notre responsabilité",
"Il nous faut découvrir notre but ultime personnel et chercher à l’atteindre".

Les carpes et les requins sont en danger dans notre monde parce qu’ils croient que leur survie résulte de leurs comportements.

Placés devant la nécessité de changer, ils leur est typique de s’enfoncer encore plus profondément dans leurs comportements. Ils tentent de faire la même chose mais plus intensément.

Alors que les dauphins croient en leur propre valeur indépendamment de leurs comportements, et n’hésitent pas à faire des percées vers d’autres bassins…


Nous avons été formatés pour réfléchir en carpe ou en requin. Il est normal d’en avoir des réflexes. Mais nous pouvons réfléchir à une autre manière de penser, et devenir le dauphin qui sommeille en nous.

La réinvention du travail, interview de Denis Pennel

Denis Pennel est l’auteur de Travail, la soif de liberté : Comment les start-uppers, slashers, co-workers réinventent le travail, paru en septembre dernier chez Eyrolles. Il y décrit le “nouvel âge” dans lequel le travail est entré : “l’évolution du travail est celle d’une longue marche vers toujours plus de liberté”. Mais aujourd’hui, c’est en dehors du salariat que s’inventent les nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle.

Voici une interview de Denis Pennel tout-à-fait passionnante sur la transformation du monde du travail et la conviction de son auteur, quele travail au XXIème siècle est marqué par la fin de son unité de temps, de lieu et d’action”. À lire ICI